Programme

Pour consulter le programme général du CIRFF2018,
cliquez sur ce lien

Un exemplaire papier du programme général a été remis à tou-te-s les congressistes à l'accueil du congrès, au moment du retrait de leur badge.



Sans l'imprimeur, Jean-Yves Richardeau, pas de programmes ! @A-M. Devreux
Sans l'imprimeur, Jean-Yves Richardeau, pas de programmes ! @A-M. Devreux

Le massicotage des programmes @M. Mathieu
Le massicotage des programmes @M. Mathieu
Pour consulter les résumés des communications,
cliquez sur
ce lien




La reliure des programmes @M. Mathieu
La reliure des programmes @M. Mathieu


Le transport des programmes @A-M. Devreux
Le transport des programmes @A-M. Devreux
Pour consulter le programme abrégé (synthèse des activités par session), cliquez sur ce lien




Affichage du programme quotidien @H. Bidard
Affichage du programme quotidien @H. Bidard


DANS LES COULISSES DU CIRFF2018 :
La fabrication des programmes quotidiens en vidéo @A. Beaumont
La fabrication des programmes quotidiens en vidéo @A. Beaumont
   

CoMMUNIQUE

A propos de l'annulation d'un débat transversal, voici le communiqué du Comité scientifique du CIRFF2018 :

Le Comité scientifique (CS) du CIRFF2018 avait accepté, parmi de très nombreuses autres propositions de contribution au 8ème Congrès des Recherches Féministes dans la Francophonie (CIRFF2018), une proposition de débat « Café de l’IEC » (Institut Emilie du Châtelet) sur le thème « Conditions et formes d’un féminisme universaliste aujourd’hui ». A ce stade, cette proposition ne comportait pas de précisions concernant les personnes chargées par l’IEC d’introduire le débat.
Il s’est avéré par la suite que l’une de ces personnes, Mme Fatiha Boudjahlat, était l’auteure des propos suivants, tenus en février 2018 sur les réseaux sociaux : « Avis à tous les prédateurs comptabilisés par de Haas. Rokhaya Diallo est un corps à prendre » suivis de : « Promis pas d’appel au viol. Enfin sauf si R. Diallo vient nous dire que les femmes non voilées sont à la disposition des hommes ». Ces propos ont d’ailleurs motivé un rappel à la loi.
Le Comité scientifique (CS), réuni le 4 juillet 2018, a estimé que l’auteure de ces écrits n’avait pas sa place à la tribune d’un des débats transversaux du CIRFF2018.
Il a donc demandé aux organisatrices de ce débat, via la Présidente de l’Institut Emilie du Châtelet (IEC), responsable des propositions de contributions faites au CIRFF2018 au nom de l’IEC, de modifier la programmation de ce débat-Café de l’IEC, en leur suggérant de reprendre la programmation du précédent Café de l’IEC tenu en juin 2018 sur le même sujet. Malgré l’accord de la Présidente de l’IEC pour cette solution, les organisatrices du Café ont publié un communiqué au nom du Comité d’Orientation de l’IEC, parlant de censure du débat, et de censure d’un courant de pensée dans le féminisme, le « féminisme universaliste ».
Il ne s’agit ni de censure d’un sujet de débat, ni d’ostracisme à l’encontre d’un courant féministe comme l’accusation en est répandue dans les réseaux sociaux par les deux intervenantes pressenties par les organisatrices du Café de l’IEC (puisque le CS avait proposé de maintenir le débat avec d’autres personnes pour l’introduire), mais du refus de cautionner les propos intolérables rappelés au début de ce communiqué, indignes de quelque féministe que ce soit.
 
Communiqué décidé à la majorité absolue
du Comité scientifique du CIRFF2018
publié le 7 août 2018


Mis à jour le 19 janvier 2020